Le Chauché gris

  • Le Chauché gris, un  cépage du passé, fleuron du pays de l’Aunis

  • Le Chauché était l’un des cépages les plus cultivés à l’époque médiévale dans les Charentes.

Le Chauché existait sous trois formes : le blanc, le gris et le noir. Il tirerait son nom d'un mot de l’ancien français signifiant «  foulé » « écrasé », comme l’est le raisin après la vendange.

C’est lui que les premiers moines venus de la célèbre abbaye de Cluny dès le XIème siècle plantent sur l’île d’Aix.  Au XVIème siècle, on s’en sert pour élaborer le Pineau.

Ecoutons Sébastien Julliard : «Il était utilisé essentiellement en Charente-Maritime, à Ré et Oléron principalement, entre les XIIIe et XVIIIe siècles. Il a disparu suite à l'hiver 1709, très rigoureux, semble-t-il.»

La France, en cette fin du règne de Louis XIV, a en effet connu un mini-âge glaciaire meurtrier pour les pauvres gens et les cultures : le vin, dit-on, gelait dans les carafes au château de Versailles !

On aurait pu replanter le Chauché gris, mais il  s'adaptait mal à la distillation, alchimie insuffisamment maîtrisée à l'époque, et d’autres cépages ont pris sa place, notamment pour le cognac. Mais, pour le Pineau, c’est aujourd’hui un allié de tout premier ordre !

 

  • Les ravages du phylloxéra

Le phylloxéra , insecte  tueur des racines de la vigne, qui a mis à mal le vignoble français à la fin du XIXème siècle, lui a porté le dernier coup. Mais le phylloxéra était moins actif sur les terres sablonneuses des bords de mer charentais.

Les ampélographes repèrent en 2003, à La Couarde- en-Ré, une souche vieille de plus de deux siècles, puis d'autres sur l'île d'Oléron, à La Tranche-sur-Mer et même dans  une carrière de Marignac, près de Pons.

 

  • Le succès …

Après des tâtonnements, des expériences patiemment renouvelées par le Conservatoire et des viticulteurs pionniers, le Chauché gris est d’abord inscrit au catalogue officiel national français et il est  désormais  inscrit au cahier des charges du Pineau des Charentes et de l’IGP Vins charentais.

C’est une fierté d’accueillir au cœur du bourg cette vigne historique !